Ecosia, le moteur de recherche qui plante des arbres

Dernièrement, j’ai découvert un nouveau moteur de recherche : Ecosia, qui plante des arbres à chaque recherche réalisée. Cette chouette initiative m’a plu, j’ai donc eu envie d’en parler sur le blog afin qu’elle soit un peu plus connue.

Ecosia, le moteur de recherche qui plante des arbres

Ecosia reverse 80% de ses revenus à un programme de plantation d’arbres au Brésil.
Le moteur de recherche neutralise également la totalité des émissions de CO2 générées par les recherches sur leur site : il compense les émissions de leurs propres serveurs et bureaux, et aussi de l’appareil que nous utilisons pour nous connecter.

> Utiliser Ecosia comme votre moteur de recherche par défaut, c’est agir gratuitement pour la planète.

En plus l’esthétique du site est agréable, les dessins sont sympa et chaleureux. Alors, vous attendez quoi ? Cliquez ici pour découvrir et utiliser Ecosia. Et pensez à en parler autour de vous. www.ecosia.org

Ecosia, le moteur de recherche qui plante des arbres

 

— Le blog est aussi sur Facebook + Twitter + Hellocoton.

Une contre-histoire de l’Internet – un docu à voir absolument

Il y a quelques jours la chaîne Arte diffusait le documentaire « Une contre-histoire de l’Internet » .
Réalisé par Julien Goetz et Jean-Marc Manach, ce film retrace l’histoire de l’internet, des personnes qui ont fait ce qu’il est aujourd’hui et qui envisagent ce qu’il sera demain.
Les notions de liberté, d’échange, de partage, de législation… y sont abordées par les nombreux intervenants de divers bords (Rickard Falkvinge – fondateur du parti pirate suédois, Richard Stallman – créateur du logiciel libre, Bernard Benhamou – délégué aux usages de l’Internet auprès du ministère de la Recherche, etc.) qui témoignent avec passion.

Une contre-histoire de l'internet - documentaire Arte - réalisé par Julien Goetz et Jean-Marc Manach

Si vous n’avez pas eu l’occasion de le voir, je vous invite vivement à le découvrir ici. Il est un peu long (près d’1h30) mais il vaut la peine de prendre le temps.
MAJ : pour maintenant voir la vidéo, cliquez ici.

 

J’ai moi même découvert ce docu sur le blog du modérateur.

Qu’est-ce qu’un geek ? La vraie définition

Devenu à la mode, le mot geek est souvent mal employé aujourd’hui. Clarifications en texte et vidéos sur la culture geek, ce qu’est réellement un geek, et les origines du mot.

Are you a geek?

Définition

Une définition un peu simpliste consisterait à dire qu’un geek est un expert ou un passionné d’un ou plusieurs domaines tels que la technologie, l’informatique, la science fiction, les jeux vidéo ou encore le cinéma et la bande dessinée…

Explications en vidéos

Je vous invite à regarder cette vidéo de 17 minutes qui approfondit la question avec des explications et intervenants intéressants.

Et pour une version plus courte (4 minutes) et plus drôle, regardez la vidéo de Cyprien.

Source blogdumoderateur.com
Source cnetfrance.fr

Et parce que ce livre est sur ma Wishlist,
Geek-Art : Une anthologie, édition de 2012

Geek-Art : une anthologie. Art, design, illustrations & sabres-laser (Mario en couverture), édition de 2012

Geek-Art : Une anthologie, édition de 2013

Geek-Art : une anthologie. Art, design, illustrations & sabres-laser (crâne Mario en couverture), édition de 2013

Geek-Art, Une anthologie : Volume 2, édition de 2015

Geek-Art : une anthologie, volume 2. Art, design, illustrations & sabres-laser (Star Wars), édition 2015

Et vous, pensez-vous être un geek ?

 

– Le blog est aussi sur Facebook + Twitter + Hellocoton + Instagram.

Gestion des données numériques après la mort

Le sujet n’est pas des plus joyeux, mais je pense qu’il est important.

Cette semaine, je suis tombée sur des articles sur la gestion des données numériques après la mort, et j’avais envie de faire un point sur ce qu’il faut en retenir. Après tout, on prévoit sa succession pour tout ce qui est matériel, ne faut-il pas aussi songer à nos données numériques ?

Données numériques

Je vous invite à lire l’article du Huffington Post qui développe ce que je vais vous décrire ci-dessous.

Quoi faire ?

Google

Il est possible de définir au bout de combien de temps Google doit considérer le compte (Gmail, contacts, Youtube…) comme inactif, si l’on transfère les données à une personne de confiance, si l’on veut que le compte soit complètement supprimer…
C’est ici que la configuration se passe.

Facebook

Un formulaire propose de transformer le compte en mémorial, mais pas de le supprimer (un peu glauque je trouve). C’est ici.

Twitter

Un formulaire est aussi disponible, et cette fois-ci le compte peut-être supprimé. C’est ici.

Microsoft

Il est possible de demander (par email, fax ou courrier postal à envoyer aux Etats-Unis) la fermeture du compte et le transfert des données stockées (Hotmail compris). Plus d’infos ici.

Yahoo!

Sur demande, le compte sera désactivé. Le contenu de celui-ci ne peut être transmis que sur « production, en original, d’un acte de notoriété émanant d’un notaire français établissant la qualité des ayants-droits concernés ». Plus d’infos ici (paragraphe 4)

Dans tous les cas, la preuve du décès et du lien de l’ayant droit avec le détenteur du compte est nécessaire.

C’est là que ça devient WTF?/anormal/dég****asse

Amazon et Apple, tous deux permettant l’achat en ligne d’œuvres dématérialisées ne semblent eux pas estimer que les albums et livres téléchargés appartiennent à l’utilisateur.

Et oui, vous ne pourrez pas léguer vos films, titres musicaux, livres numériques… achetés en ligne.

Apple

La suppression du compte et des données qui y sont stockées est possible.
Selon les conditions d’utilisation d’iCloud :

Vous acceptez que votre Compte est incessible et que tous les droits liés à votre identifiant Apple (Apple ID) ou Contenu dans le cadre de votre Compte sont résiliés lors de votre décès. Dès réception d’une copie d’un certificat de décès, votre Compte pourra être résilié et l’intégralité du Contenu de votre Compte pourra être supprimée.

Amazon

Le contenu numérique téléchargé « ne peut être revendu, ni donné, ni transféré entre comptes ». Plus d’infos ici.

Et la loi dans tout ça ?

Voilà ce que dit l’article :

« S’il y a un décès, les données stockées par une entreprise doivent théoriquement être supprimées. Mais il n’y a rien de systématique, aucune procédure obligatoire » […] Pour autant, « la loi prévoit la possibilité pour les héritiers de faire cette démarche, c’est le droit de suppression » […] Voici ce que dit la loi :

  • Les héritiers d’une personne décédée justifiant de leur identité peuvent, si des éléments portés à leur connaissance leur laissent présumer que les données à caractère personnel la concernant faisant l’objet d’un traitement n’ont pas été actualisées, exiger du responsable de ce traitement qu’il prenne en considération le décès et procède aux mises à jour qui doivent en être la conséquence.
  • Lorsque les héritiers en font la demande, le responsable du traitement doit justifier, sans frais pour le demandeur, qu’il a procédé aux opérations exigées en vertu de l’alinéa précédent.

La Commission européenne est en train de travailler sur un droit à l’oubli numérique plus généralisé.

 

C’est donc un travail laborieux, surtout lorsque le défunt a de nombreux profils/comptes. Espérons qu’une loi, permettant une procédure simplifiée, sera promulguée dans quelques temps.

Il existe néanmoins des sociétés qui proposent des services (payants) pour aider dans la gestion des données numériques après la mort (sauvegarde de données, préparation d’un message d’adieu pour les différents réseaux sociaux utilisés, leg des mots de passe…). Plus d’infos dans l’article du Huffington Post.

L’histoire des médias sociaux en infographie

social media history (infography) - histoire des médias sociaux en infographie

Depuis quelques semaines, j’ai cette infographie qui traîne dans mon dossier dropbox. Je viens de la redécouvrir en effectuant un peu de tri. J’avais dû l’enregistrer suite à la lecture d’un article sur le blog du modérateur.

C’est une infographie plutôt sympa et intéressante sur l’histoire des médias sociaux, je la partage donc avec vous.
Un petit clic pour voir l’image en grand.

social media history